FR/ENG \ 05 DECEMBRE JOURNEE MONDIALE DES SOLS// 05 December Wo

  • 05 DECEMBRE JOURNEE MONDIALE DES SOLS


    Il nous revient, nous Ingénieurs des Sciences du Sol, de promouvoir la Journée Mondiale des Sols (JMS) ce, au moins jusqu’à ce qu’elle soit ancrée dans le calendrier Républicain autant qu’elle l’est dans l’agenda des Nations Unies depuis sa proclamation le 20 décembre 2013 (A/RES/68/232).
    Le terme Sol reste gènèralement utilisée par les agronomes et plus particulièrement les pédologues et agrochimistes. Dans sa valeur environnementale, sociale, économique ou administrtive le terme utilisé est Terre, ou alors Foncier, quand il intègre une connotation politique ou juridique.
    Toujours est-il que cette partie superficielle de la terre, le sol, né de l’altération des roches sous l’influence de l’atmosphère et des êtres vivants, joue des fonctions multiples, toutes aussi vitales les unes que les autres.
    Une des premieres subdivisions géographiques des sols consiste en leur classification en terres du domaine rural et terre du domaine urbain. Une subvision dont les frontières bougent plus au gré de l’évolution démographique que dans le respect des aptitudes des terres.
    Pourtant les nutritionnistes ont fini de démontrer que moins l’aliment voyage plus il conserve ses vertues nutritionnelles intrinsèques. De plus, il reste certain qu’une bonne politique agricole justement intégrée dans une mondialisation de toutes les approches, permet de réduire les coûts d’une bonne alimentation avec la dimunution des parcours de l’aliment.
    Malencontreusement, quand des jardins communautaires se multiplient en pleine ville, autant à New York, qu’à Zurich ou Montréal, nonobstant le climat qui n’autorise leur exploitation qu’une partie de l’année, les nouvelles villes africaines en pleine création ou en excroissance, n’intègrent pas cette dimension.
    Cependant, une des chances de l’Afrique subsaharienne est d’appartenir aux rares régions du monde où la disponibilité en terres n’est pas une contrainte au developpement de l’Agriculture. Neanmoins, une attention particulière est requise pour juguler les effets des differentes formes de dégradation qui y ont cours. En effet, bien que régénérable, le sol ne fait pas partie des Ressources naturelles « renouvelables ». C’est une ressource limitée dans l’espace d’un terroire et d’un temps de vie.
    L’investissement requis pour inscrire dans la durée une exploitation dans une rentabilité voulue est surtout fonction des caractéristiques de la terre dont le sol reste le noyau essentiel. La connaissance et la maîtrise des ressources en sol est par conśquent un prérequis à toute politique d’aménagement du territoire, de développement d’un pays, d’une région, d’une collectivité ou d’un quelconque découpage administratif autonome.
    L’accaparement des terres qui sévit dans plusieurs régions du monde encore suffisamment dotée de la ressource, pourrait aussi trouver une gestion souveraine et soutenue avec l’inscription dans la durée de la connaissance, la maitrise et le suivi de la ressource dans toutes ses dimensions, technicoscientifique, économique, politique, sociale et juridique.
    De plus, les sols contiendraient 3 fois plus de carbone que l’atmosphére ; un atout pour les questions liées aux changements climatiques.
    Aussi, le thème 2017 de la JMS « Prendre soin de la planète commence par les sols », intègre l’ensemble de ces dimensions de la ressource.

    La JMS est célébrée chaque année le 5 décembre afin de sensibiliser, sur l’importance de la ressource tant pour la production agricole certes que pour la nécessicité de l’orientation adéquate de son utilisation dans le respect de ses meilleures aptitudes, afin d’ancrer dans la durée, la prospérité de l’activité qu’on a choisi d’y mener. Cette sensibilisation s’adresse tout autant aux décideurs à quelques niveaux qu’ils se trouvent qu’à l’ensemble des usagers de la ressource, c’est à dire la population locale et mondiale qui foule le sol tous les jours, y habite, s’y nourrit et y trouve ses loisirs et son bien être local et global.

    Rokhaya Daba FALL
    agropédologue

     

     

    =-=-=-=-=-=-=-=--=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-

    05 December World Soil Day
     
     
    It is up to us, we engineers of the soil Sciences, to promote World Soil Day (JMS) This, at least until it is anchored in the Republican calendar as much as it is in the United Nations agenda since its proclamation on 20 December 2013 (A/RES/68/232).
    The term Sol remains generally used by agronomists and more particularly the soil and agrochimistes. In its environmental, social, economic or zone value the term used is land, or then land, when it incorporates a political or legal connotation.
    It is always that this superficial part of the earth, the soil, born from the alteration of the rocks under the influence of the atmosphere and the living beings, plays multiple functions, all as vital as each other.
    One of the first geographical subdivisions of the soils is the classification of land in rural and land areas of the urban area. A subvision whose borders move more at the whim of demographic change than with respect for land skills.
    Yet the nutritionists have finished demonstrating that the less the food travels the more it keeps its intrinsic nutritional virtues. Moreover, it remains certain that a good agricultural policy which is precisely integrated in a globalisation of all approaches, reduces the costs of a good diet with the dimunution of the routes of the food.
    Unfortunately, when community gardens are growing in the middle of the city, both in new York and in Zurich or Montreal, notwithstanding the climate that allows for their exploitation only part of the year, the new African cities in full creation Or as an outgrowth, do not integrate this dimension.
    However, one of the chances of sub-saharan Africa is to belong to the few regions of the world where land availability is not a constraint to the development of agriculture. Nevertheless, special attention is required to curb the effects of the various forms of degradation that are being made. Indeed, although regenerative, the soil is not part of the "renewable" natural resources. It is a limited resource in the space of a terroir and a time of life.
    The investment required to record a holding in a profitable manner is mainly based on the characteristics of the earth, the soil of which remains the essential core. The knowledge and control of the soil resources is by conśquent a prerequisite to any land-use policy, the development of a country, a region, a community or any autonomous administrative decoupage.
    Land grabbing in several regions of the world still sufficiently endowed with the resource, could also find a sovereign and sustained management with the inscription in the duration of the knowledge, the control and the monitoring of the resource In all its dimensions, technicoscientifique, economic, political, social and legal.
    In addition, soils would contain 3 times more carbon than atmosphere; An asset to issues related to climate change.
    Also, the theme 2017 of the WSD "taking care of the planet begins with the soils", integrates all of these dimensions of the resource.

    The WSD is celebrated every year on December 5 to raise awareness, about the importance of the resource both for agricultural production and for the nécessicité of the proper orientation of its use in the respect of its best aptitudes, in order to To anchor in the long term, the prosperity of the activity that one has chosen to lead. This awareness is equally addressed to decision-makers at a few levels that they are found only to all the users of the resource, i.e. the local and global people who crowd the soil every day, live there, feed on it and find its leisure and Its local and global well-being.

    ROKHAYA DABA  FALL
    soil scientist, agronomist

No Stickers to Show

X