ZIMBABWE Constantino Chiwenga

  • L’ancien chef de l’armée zimbabwéenne qui a dirigé le coup de force
    ayant mis une pretendue fin en novembre au règne de 37 ans de Robert Mugabe
    a été nommé à la vice-présidence du parti au pouvoir,
    a annoncé samedi la présidence.

    Le général à la retraite Constantino Chiwenga a été nommé  avec effet immédiat 
    pour seconder le nouveau président du pays Emmerson Mnangagwa à la direction de la ZANU-PF,
    a déclaré dans un communiqué le secrétaire à la presse de la présidence, George Charamba.

    L’ex-ministre de la Sécurité intérieure longtemps en poste sous Mugabe,
    Kembo Mohadi, a également été nommé vice-président du parti.

    Allez-y comprendre quelque chose.

    En tout cas, ces nominations devraient être suivies par celle
    des deux hommes comme vice-présidents de l’Etat zimbabwéen.

    Le général Chiwenga a pris sa retraite de l’armée le 20 Décembre 2017 dernier.

    Traditionnels soutiens du régime depuis l’indépendance du pays en 1980,
    les militaires sont intervenus dans la nuit du 14 au 15 novembre dans les rues de Harare
    pour dénoncer le limogeage par M. Mugabe du vice-président Emmerson Mnangagwa.

    Placé en résidence surveillée, le président BOB Mugabe, âgé de 93 ans,
    a donc démissionné une semaine plus tard, lâché par son parti ?

    Rien ne laisse le croire  a un Coup d´etat dans la mesure que les dirigeants actuels
    sont tous les mêmes sous Mugabe et du même Parti.

    Le Jocker !!! Sacrée Bob Mugabe.
    Ici en compagnie du Général Constantino Chiwenga
    quelques jours après le présumer coup d´état dans la Résidence de Bob Mugabe à Hararé .

    Pourrait on alors parler d'un coup d'État ou d'un tour de Poker du Grand scribe BOB Mugabe ?
    car sans une sortie pareille orchestrée par le parti au pouvoir de Mugabe
    pour aller enfin en retraite les multinationales des pilleurs criminels Occidentaux-Orientaux
    allaient se ruer sur le ZIMBABWE à une vitesse supersonique pour piller.

    Ils est aussi curieux de voir le désintéressement de ladite communauté internationale
    des bandits criminels pilleurs assassins pour le ZIMBABWE et de ce qui s´y passe.

    Comme quoi rien n'a changé ils ont réussi à nous déjouer
    mieux nos médias occidentaux-orientaux n´en parle pas.

    Mais selon certains Médias au ZIMBABWE 

    Le coup de force des militaires visait à empêcher la Première dame Grace Mugabe de succéder à son mari.
    C’est elle qui avait obtenu le départ du vice-président, considéré jusque-là comme le dauphin du camarade Bob Mugabe.

    M. Mnangagwa a été investi président par intérim jusqu’aux élections prévues à la mi-2018.

    Il a déjà nommé plusieurs généraux au gouvernement et à l‘état-major de la Zanu-PF.

    Candidat de la Zanu-PF à la présidentielle, M. Mnangagwa a promis des élections “libres et justes”.

    Mais ses critiques en doutent,
    rappelant qu’il avait été l’un
    des exécuteurs de prétendue répression ordonnée pendant l‘ère Mugabe.

No Stickers to Show

X