Ses Blancs Criminels qui on Massacrée les Noirs et voler leur

  • Les fermiers blancs se préparent à la guerre
    alors qu'ils luttent pour garder les terres volées
    aux Sud-Africains Noirs dans le plus Grand Génocide.

     

     

    La minorité blanche de l'Afrique du Sud est prête à riposter dans le cadre du plan du gouvernement de saisir «leurs» Prétendue terres Volé aux Kamits dans le but de rectifier ce qui a été surnommé le «péché originel» de la nation.

     

     

    Selon ITV News, les Boers, ou les fermiers blancs, ont commencé à s'armer alors que les tensions raciales continuent à augmenter entre eux et les Sud-Africains noirs. C'était plus tôt cette année quand le président Cyril Ramaphosa a annoncé son intention d'exproprier des terres blanches sans compensation et voir qu'elle a été retournée "aux personnes de qui elle a été prise".

     

     

    Le plan de Ramaphosa a depuis déclenché la peur et la colère parmi les fermiers blancs de la nation qui sont farouchement opposés à voir leurs terres revenir à la majorité noire. La controverse aurait conduit à plusieurs attaques violentes contre les Boers par des Sud-Africains indigènes.

     

     

    Tanya Wagener a dit qu'elle a décidé de prendre les armes après que sa maison a été volée. Elle a dit que les tensions raciales sont à l'heure actuelle.

    "Il y a quelques années, vous ne l'auriez pas remarqué", a déclaré Wagener à ITV News. "Vous saviez qu'il y avait un taux de criminalité élevé. Vous saviez ce qui se passait dans le pays, mais maintenant c'est différent. Lorsque vous quittez la maison, vous pouvez ressentir l'animosité. C'est comme si votre couleur de peau dépeignait qui vous êtes, pas votre âme. "

    Interrogée sur les plans d'expropriation des terres, Wagener a déclaré qu'elle et sa famille se retrouvaient avec très peu d'options.

    «Je suis à ce point parce que j'ai une petite fille qui n'a que deux ans et que mon mari et moi avons deux choix: soit nous restons ici [et nous nous battons], soit nous émigrons», a-t-elle dit.

    Donc, c'est "tué ou être tué", a demandé l'interviewer.

    "Oui," répondit Wagener.

No Stickers to Show

X