Browse Members

  • Tapé GROUBERA En ce troisième millénaire, où la technique moderne connaît une nouvelle révolution : internet, informatique, etc.… ; les africains restent confrontés à des besoins élémentaires : la nourriture, la santé, l’éducation, etc.…. En un mot, à un problème de survie. La paupérisation croissante et grandissante des populations africaines demeure une réalité quotidienne – singulièrement en Afrique subsaharienne -. Et pourtant, ce continent regorge les ressources les plus importantes du monde. La situation difficile que vit l’Afrique (le continent- mère) est créée et institutionnalisée. En effet, de la déportation des Africains (traite négrière)  jusqu’à l’occupation du continent (abusivement appelé colonisation), l’Afrique fut  « balkanisé » lors du fameux Congrès de Berlin (15 novembre 1884 au 26 février 1886). Cela a donné lieu à des états qui n’a pas tenu compte  des communautés existantes, de leurs cultures et de leurs histoires. Pire, l’Organisation de l’unité Africaine – devenue Union Africaine par copie à l’Union Européenne - créée le 25 mai 1963, à Addis Abéba (Ethiopie), a entériné cet état de fait. De ces états tutélaires, les puissances occidentales y puisent leurs intérêts. Elles violent à travers des systèmes mafieux, les Droits des Peuples par la mise en place et/ou le soutien de régimes kleptocrates et antidémocratiques. Les parodies d’élection, les falsifications des constitutions, les détournements de deniers publics et la corruption sont devenus pour ces régimes des programmes de gouvernement. L’argent emprunté et destiné au peuple est détourné et déposé dans des comptes « sûrs » à l’extérieur. Conséquence, l’Afrique est très endettée. Une dette odieuse qui paralyse son développement et qui a permis aux institutions de Brettons Wood (F.M.I et Banque Mondiale) de le soumettre, depuis 1982, à des Plans d’Ajustement Structurel (P.A.S.). Or ces P.A.S censée être des remèdes, servent en réalité à : -           pérenniser la pauvreté et la paupérisation des Peuples Africains, -           alourdir davantage la dette du continent, -           enrichir la minorité de la classe politique dirigeante et leurs alliés extérieurs, -           exploiter toutes les richesses naturelles de l’Afrique,… Face à cette situation, qui si nous n’y prenions garde, rayerait l’Afrique de la carte du monde, nous ne pouvions rester indifférents. Car comme le disait Frantz FANON dans les damnés de la terre « … Chaque génération, dans une relative opacité, doit découvrir sa mission ; la trahir ou la remplir  ». Le mouvement que nous avons créé, répond au souci de regrouper toutes celles et tous ceux qui croient en la Renaissance de l’Afrique et, sont prêts à agir pour la sortir de cette situation.   La Renaissance dont nous parlons ne signifie pas une occidentalisation de l’Afrique, mais plutôt son progrès et sa modernisation qui tiennent compte à la fois de ses réalités sociales, économique, politique et culturelle. Cela demande préalablement la connaissance réelle de l’histoire de ce continent et des Peuples. C’est un impératif, une nécessité. C’est pourquoi, nous nous donnons pour crédo  : toujours s’informer, puis se former afin de transformer l’Afrique .
    October 20, 2017

  • Joe Black Hello
    October 20, 2017